32 pages d’actualités locales, sur l’environnement, le patrimoine, …

Voir le bulletin

Cliquez sur l’image pour consulter le bulletin en version HD 66,3 Mo (pdf) ou ici pour une version allégée (6,64 Mo) ou bien encore sur ce lien pour lire avec Calaméo : https://www.calameo.com/books/0004476227a69b0257b4f

ÉDITO

Respecter les limites planétaires et permettre à chacun de vivre décemment

L’idée de sobriété séduit de plus en plus et se répercute dans nos habitudes de consommation. Selon l’Ademe, 83 % des Français souhaitent vivre dans une société où la consommation prendrait moins de place. Pour beaucoup il s’agit de consommer moins mais mieux afin de répondre aux défis environnementaux et retrouver du sens à la consommation.

‘‘ Nous vivons dans un monde fini, où les ressources naturelles sont limitées, il s’agit donc d’interroger et de repenser nos modes de production et de consommation. ’’

Face à l’urgence climatique, 58 % des Français estiment que nos modes de vie doivent évoluer. Cette prise de conscience s’avère très importante et loin devant la croyance dans le progrès technique (seuls 13 % des Français imaginent que la technologie permettra de faire face au défi climatique).

Plutôt que d’être une contrainte ou une privation, la sobriété conduit à se demander ce dont on a vraiment besoin, ce qui est essentiel. La sobriété peut améliorer la qualité de vie, renforcer les liens sociaux tout en réduisant la pression sur les ressources et en les répartissant mieux. La consommation, hélas, structure la société et demeure associée à un imaginaire de réussite. Nous sommes formatés pour trouver du plaisir à acheter, consommer et posséder.

Il est vrai que l’on ne peut pas demander à quelqu’un qui a peu de consommer moins. On ne peut envisager de réduire sa consommation qu’à condition d’avoir déjà suffisamment pour vivre dignement. Une politique de sobriété est donc indissociable d’une politique de lutte contre les inégalités.

Pascal Blain Par Pascal Blain