32 pages d’actualités locales, sur l’environnement, le patrimoine, …

Voir le bulletin

Cliquez sur l’image pour consulter le bulletin en version HD 16 Mo (pdf) ou sur ce lien pour lire avec Calaméo : https://fr.calameo.com/read/0004476220c9e39c296cf

ÉDITO

Est-ce que ce monde est sérieux ?

La pandémie de Covid-19 a mis en lumière les dysfonctionnements de notre modèle socio-économique qui, depuis des décennies, creuse les inégalités et nuit gravement au climat et à l’environnement.

Cette crise pouvait être l’occasion de repositionner l’économie dans les bornes de l’accord de Paris et des limites planétaires… Au lieu de ça, l’État s’est lancé dans une course effrénée de dépenses pour relancer la machine économique du vieux monde. À coup de dizaines de milliards, il met en place des plans de sauvetage qui font la part belle à la recapitalisation des industries polluantes, sans la moindre conditionnalité climatique.

‘‘ La mise en place d’un ISF climatique permettrait d’embarquer tout le monde dans la transition écologique ’’

Si les infirmières et personnels soignants ont été payés d’applaudissements à nos fenêtres, d’autres se gavent, comme Total qui affiche avec insolence un bénéfice de 3,34 milliards de dollars pour le premier trimestre 2021, 100 fois plus qu’en 2020 sur la même période !

Localement, le Conseil Départemental du Jura en appelle à la Région et à l’agglomération du Grand Dole pour participer au financement de Ryanair et au déficit de l’aéroport de Dole-Tavaux, imaginant que l’aberration serait moins grande si partagée à plusieurs…

Présenté comme LE grand texte du quinquennat en matière environnementale, le projet de loi sur le climat en débat au parlement est bien loin de la promesse de reprise « sans filtre » des propositions de la Convention Citoyenne. Par manque d’ambition, il tourne complètement le dos à l’urgence d’agir pour le climat. Pour les experts indépendants, le CESE, comme pour le Haut Conseil pour le climat, une part importante des mesures voit sa portée réduite par un périmètre d’application limité, voire ponctuel, et par des délais de mise en oeuvre allongés ou encore de nombreuses conditions associées à leur application.

Les scientifiques du groupement international de chercheurs sur le climat (GIEC) demandent 65% de réduction des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 pour garder le monde vivable, l’objectif de l’Union européenne est lui fixé à 55%, l’objectif proposé à la convention citoyenne pour le climat, conformément à la stratégie nationale de décarbonation, vise une réduction de 40% des émissions des gaz à effet de serre en 2030 par rapport à 1990… La loi adoptée permettra-t-elle une réduction à 20% ?

Pour vraiment agir à la hauteur des enjeux, il faudrait que nos élus et responsables soient enfin… responsables !

Pascal Blain Par Pascal Blain