Romain, un habitat intelligent, écologique et écoénergétique.

Emmanuelle Coin et Marc Gérard se sont lancés en 2011 dans la construction d’une maison à ossature bois et remplissage paille … Un habitat basse consommation adapté à une vie sereine, une maison à taille humaine comparativement à l’ancienne ferme comtoise qu’ils occupaient à Louvatange et donc plus facile à chauffer, avec moins de charges au quotidien et plus économique d’une façon générale.

Il y a une dimension éthique dans ce choix.

*« Nous avions l’envie de faire quelque chose d’un peu différent, en accord avec nos convictions. L’idée de réaliser une maison complètement biodégradable, comme nous ! »*. Abonnés à la revue Les Quatre Saisons (éditions Terre Vivante), c’est grâce à celle-ci qu’ils ont découvert la possibilité d’une construction peu énergivore. *« Nous nous sommes rapprochés de Jean-Michel Biancamaria de la société Octonome, constructeur de maisons en paille. Le principe nous a plu. Le maître d’oeuvre nous a alors associé à la création des plans, les adaptant à nos souhaits et au terrain »*.

Un chantier participatif

« Nous avons soumis l’idée d’un chantier participatif, proposée et relayée par le constructeur sur son site Web, à nos amis et à la famille ». Une quinzaine de personnes se sont alors relayées, venant d’horizons très différents. Certains sont venus une journée, d’autres ont participé toute une semaine. « Nos deux fils et des parents ont également participé. Nous logions et nourrissions tout ce petit monde, dans une ambiance conviviale et dynamique. C’était tout à fait cosmopolite. Des gens rigoureux, d’autres moins mais contribuant à une belle ambiance. Jean Michel attribuait les tâches et chacun était amené à une certaine rigueur quoi qu’il en soit ». Une fois le terrassement réalisé par un entrepreneur local, Sylvain Guyon, de Chazoy, le chantier de construction a duré environ sept mois, avec quelques interruptions. D’autres artisans locaux ont contribué : l’entreprise Roger, de Romain, pour la toiture et l’entreprise Coincenot, de Salans, pour les huisseries et l’escalier intérieur. « Un de nos fils, menuisier, en formation chez Coincenot, a naturellement participé à la conception de l’escalier ».

Un assainissement naturel

Aquatiris a été sollicité pour l’assainissement afin d’adapter le système à phytoépuration au terrain. Ce bureau d’étude a fourni un plan complet, précisant les plantes à positionner. L’entreprise Sylvain Guyon a alors réalisé l’installation, validée par la suite par le Service Public d’Assainissement Non Collectif de Jura Nord. Ce système filtre planté fonctionne parfaitement, son dimensionnement pour quatre personnes est adapté aux toilettes sèches pour le rez-de-chaussée et a des toilettes classiques pour l’étage. Il faut faucarder les plantes filtres deux fois par an.

Douces énergies !

Le poêle de masse consomme 4 à 5 stères de bois par an pour chauffer l’ensemble de la maison. « Nous faisons environ un feu par jour en plein hiver et une flambée tous les deux ou trois jours en intersaison ». La maison étant bien isolée avec la paille et la chaux, l’été de canicule est tout à fait supportable à l’intérieur. « Il suffit de vivre à l’africaine, les fenêtres et volets fermés côté sud ». Le sol, élément important d’isolation et de confort, est composé de bastaings et de chènevotte. Pour l’eau chaude sanitaire, une pompe à chaleur air-eau a été mise en place. « Nous sommes très satisfaits de ce choix peu énergivore et économique ». Les finitions murales intérieures et extérieures sont à base d’enduit à la chaux avec des tons réalisés à l’aide de pigments naturels. « Cette année nous avons fait installer des panneaux photovoltaïques. L’énergie propre ainsi produite est revendue à EDF. C’est la fruitière à énergies de Quingey, qui a réalisé l’étude de faisabilité et nous a conseillés dans le choix des matériaux et apporté une aide au montage de dossier pour EDF. Les panneaux sont garantis recyclables ».

La chènevotte est un matériau d’isolation naturel issu du chanvre. Elle provient de la partie intérieure de la tige, transformée en copeaux. Imputrescible, elle permet de retenir efficacement la chaleur. C’est aussi un bon isolant phonique grâce à sa très faible densité (100kg/m3).

Nathalie Rude Par Nathalie Rude (Romain, Vigearde et Champvounans)

lire la suite

Cliquez sur l’image pour découvrir le texte publié dans le bulletin 48 !