Gendrey, une plante phénomène

Depuis une quarantaine d’années, les habitants de Gendrey s’enorgueillissent de cette géante, qui orne la rue de la fontaine des Auges. Et ils ont de quoi !

Cette plante, d’origine brésilienne, est un très beau spécimen de Gunnera Manicata ou Gunnère du Brésil. Elle a trouvé sa place et se porte à merveille. Avec son allure exotique et son feuillage géant, elle est vraiment spectaculaire ! Elle produit des rhizomes traçants qui lui permettent de s’étendre sans pour autant être envahissante. On pourrait la prendre pour du panais ou de la rhubarbe. Malgré son surnom de rhubarbe géante du Brésil, elle n’est pas véritablement une rhubarbe et elle n’est pas comestible. La bouture originale provient du jardin botanique de Besançon, où était employé le gendre de monsieur et madame Verpillet.

Gunnera vient du nom du botaniste et évêque norvégien Johann Ernst Gunnerus (1718 – 1773)

Juste à la bonne place

M. Jean Verpillet a planté la petite bouture en face de sa maison, à la place d’orties. Il y avait jadis à cet endroit une mare aux canards. On suppose qu’il y a ici une source souterraine… La Gunnera prospère en effet dans un sol riche, profond et toujours frais et humide. Régulièrement entretenue de manière naturelle par monsieur Verpillet pour éviter qu’elle ne soit envahie par des végétaux indésirables, elle n’a jamais connu ni désherbant ni engrais. Elle n’a presque jamais été arrosée, autrement que par la pluie. Exception cette année : il a fallu l’arroser à deux reprises, à cause de la canicule du mois d’août.

Attention au froid !

Cette vivace rustique peut résister aux hivers de notre région. Dans son milieu d’origine, elle pousse en altitude, et connaît donc des périodes de gel. Monsieur Verpillet a construit un grand cadre pour l’emballer et la protéger. A l’automne, après l’avoir rabattue, il met d’abord des sacs en papier qu’il recouvre ensuite de feuilles sèches. Puis il appose une bâche plastique qui l’isole pour l’hiver du froid et de l’excès d’humidité. Au printemps, la Gunnera se défait toute seule. Mais ce sont les gelées tardives (en mai), qui sont le plus à craindre. Ayant des difficultés à maintenir en bonne santé leur spécimen, des employés du jardin botaniques de Besançon sont venus prélever des boutures à Gendrey ; là où elle est particulièrement bien placée, à l’abri des grands vents. A présent âgé de 90 ans, Jean Verpillet, agriculteur retraité, a passé le flambeau à son gendre et à ses petits enfants pour la taille de la Gunnera, mais il se fait plaisir à renseigner les nombreux touristes qui s’arrêtent pour l’admirer, certains venant de l’étranger. Les organisateurs de rallye posent souvent des questions sur cette plante à leurs concurrents..

La Gunnera Manicata ou Gunnera Brasiliensis, est une vivace herbacée de très grande taille en touffe large. Ses feuilles de 1 à 2 m de long sont orbiculaires, réniformes, palmatilobées, à nervures proéminentes et à dents aigües vert foncé. Les pétioles épineux atteignent 1,50 à 2.50 m de long. En juin, des tiges de 7 à 15 cm de long portent de nombreuses petites fleurs rouge verdâtre, groupées en panicules ramifiées coniques de 0,50 à 1, 50 m de long et qui sont suivies de fruits rouge-vert de 1 à 3 mm de long. Cette plante pousse à l’état naturel de la Colombie au Brésil. On ne peut pas dire que la Gunnera Manicata soit une plante rare en Europe. On la rencontre en visitant des jardins botaniques ou des parcs prestigieux, munis de pièces d’eau. Ce qui donne à celle de Gendrey un statut phénoménal, c’est sa dimension impressionnante et le fait de la trouver le long d’un trottoir, au centre du village.

Claude Jeanroch Par Claude Jeanroch (Billey)

lire la suite

Cliquez sur l’image pour découvrir le texte publié dans le bulletin 48 !