Pointre, le Cercle des Amateurs de Chrysanthèmes

À l’entrée nord du village, vous ne pouvez pas manquer de voir une haie de magnifiques chrysanthèmes cultivés en forme de cascades ou de pyramides. C’est ici le siège social du Cercle des Amateurs de Chrysanthèmes.

‘‘ En 2006 une douzaine de locaux créaient le Cercle des amateurs de chrysanthèmes, l'installant en mairie de Mutigney. ’’

Les pionniers ont commencé à faire des foires aux plantes de printemps pour vendre des boutures et surtout se faire connaître. Ce qui leur donna rapidement une posture nationale. Le siège est désormais au domicile de Didier Bernard, le président qui vit à Pointre. Le chrysanthème est réservé à l’horticulture professionnelle … Et les particuliers qui aiment cette plante ne peuvent donc pas trouver de jeunes plants en jardinerie

Répondre aux attentes des amateurs

C’est ainsi que les fondateurs du Cercle ont décidé de produire eux-mêmes les plants et de fournir les adhérents. L’association compte aujourd’hui plus de 150 membres, répartis sur 55 départements et à l’étranger. Son site web est très visité.

La passion d’un homme

Le président Didier Bernard, s’est lancé dans des études poussées. Avec l’aide de grands obtenteurs multiplicateurs de la Société Française de Chrysanthèmistes, il a eu l’occasion d’améliorer ses connaissances. Il s’est aussi intéressé à la culture in-vitro. Mais, préférant l’artisanat à « l’industrialisation végétale » à des fins commerciales, il se consacre au chrysanthème, passionné par la création de variétés nouvelles depuis plus de vingt ans. Il faut le voir s’occuper de ses graines minuscules, conservées en sachets ou dans des piluliers. C’est en 2006 que sort de l’imprimerie son ouvrage : « le Chrysanthème, la Fleur d’Or » publié aux éditions Gunten de Dole. Il le vend sur les foires aux plantes de la région, ou bien sûr à l’occasion d’une rencontre.

Une activité riche

La principale activité du Cercle est l’envoi de boutures aux adhérents au printemps : chaque année une nouvelle collection leur est adressée. Environ mille plants sont ainsi mis en culture annuellement pour la recherche variétale. Il faut tester chaque nouvelle variété pendant plusieurs années avant de la retenir définitivement. Le cercle organise aussi des conférences sur les origines, l’histoire ou la culture de la Fleur d’Or. Un bulletin semestriel, “La Feuille” prodigue informations et conseils de culture aux adhérents. Ceux-ci n’hésitent pas à traverser la France pour participer à l’AG annuelle qui se tient en novembre à Rainans. Le cercle propose également des potées à la vente fin octobre. On peut voir, chez Didier Bernard de nombreuses variétés : classiques, à petites fleurs en forme de coussin, variétés améliorées à grosses boules, variétés pour cascades ou pyramides, variétés japonaises (Tokios), fleurs à bouquets. Le Cercle des amateurs de chrysanthèmes est la seule association à dispenser une formation en hybridation (fécondation) de deux variétés pour obtenir une nouvelle. Destinée aux jeunes titulaires de bac pro ou de BTS, cette formation ne leur coûte rien.

En l’honneur des poilus

La grande guerre est la responsable de la production massive du chrysanthème. Chaque année, il se vend environ 23,5 millions de chrysanthèmes en France dont 22 millions, pour fleurir les tombes, à la seule période de la Toussaint. Cette tradition – qui a remplacé celle plus ancienne des bougies, symbolisant la vie après la mort - est née en 1919. Alors qu’on célébrait la fête du premier anniversaire de l’armistice de 1918, le président de la République en exercice Raymond Poincaré a ordonné le fleurissement dans toutes les communes françaises, de toutes les tombes de nos chers disparus en signe de reconnaissance. Tout le monde opta pour le chrysanthème, car quelle autre fleur à cette période de l’année présente de telles variétés de couleurs et une telle résistance aux fraîcheurs automnales ? L’implantation du chrysanthème en France est réalité depuis lors. S’il s’en vend énormément au moment de la Toussaint, période où la fleur est à son apogée, on en voit cependant de plus en plus plantés en décoration urbaine comme chez les particuliers. Les villages de Rainans ou Frasne les Meulières en sont de belles illustrations.

En savoir +> www.cercledesamateursdechrysanthemes.fr

Non, ce n’est pas la fleur des morts !

Contrairement à une idée reçue, le chrysanthème est la première fleur utilisée dans un but uniquement décoratif. Le terme de «chrysanthème» vient des deux mots grecs, «chrusos» qui signifie «or» et «anthemis» qui signifie «fleur». Cependant, si son appellation est d’assonance grecque, sa naissance, elle, nous vient d’Asie. La fleur d’or était cultivée en Chine depuis la préhistoire, 7 000 ans avant notre ère. Les Chinois la vénéraient et la travaillaient à la manière des bonzaïs. Au Japon, offrir des chrysanthèmes est un symbole d’éternité. On jette d’ailleurs ses pétales lors des mariages. À Tokyo, tous les ans, dans le parc principal, est exposée une présentation de chrysanthèmes spectaculaires. Les Tokyoïtes s’y rendent par dizaines de milliers. C’est du Japon qu’elle fut importée en Europe à la fin du XVIIIème siècle.

Claude Jeanroch Par Claude Jeanroch (Billey)

lire la suite

Cliquez sur l’image pour accèder au texte publié dans le bulletin 46 …