Une monnaie locale complémentaire

un outil de mobilisation en faveur du développement local

Si, en théorie, il n’y a pas besoin de cette monnaie pour acheter local, en pratique, la monnaie complémentaire fédère les énergies en faveur du développement local, crée des solidarités entre consommateurs et commerçants et artisans, et génère de nouvelles complémentarités et de nouveaux échanges entre les entreprises. Attachée au territoire comtois, elle dynamise les circuits-courts dans une perspective de qualité et de mise en réseaux des acteurs régionaux. Faire ses dépenses en utilisant une monnaie locale renforce en effet l’activité du territoire en y retenant une plus grande partie de la richesse créée.

Comment ça marche ?

Une monnaie locale peut prendre plusieurs formes : billets, carte, paiement électronique… Dans la majorité des cas, les créateurs de la monnaie locale lancent d’abord la monnaie papier, qui a le mérite de toucher une large frange de la population et de matérialiser l’initiative et la monnaie. Certains adoptent ensuite le paiement électronique qui facilite notamment l’échange entre entreprises. C’est le choix fait pour la Pive, avec un objectif de mise en place du paiement électronique à court terme. La parité 1 PIVE = 1€, est un instrument de facilitation. L’entreprise continue à ne tenir qu’une seule comptabilité. Elle remplit à l’identique ses obligations fiscales et sociales. Seule s’ajoute la contrainte d’une double caisse. L’association « La Pive » place sur un compte ouvert au Crédit Coopératif l’ensemble des euros échangés contre des Pives. Ce compte sert de fonds de garantie et assure la valeur de toutes les Pives en circulation.

Une solidarité du consommateur vis-à-vis des commerçants, artisans, PME de son lieu de vie

La Pive sera un élément fédérateur d’un territoire qui se mobilise pour garder le maximum d’activités économiques « au pays ». Avec l’euro chacun peut déjà privilégier les entreprises et commerces locaux. Avec le mouvement créé par la Pive, cet acte rentre dans une logique collective qui multiplie son efficacité. De plus la Pive sera gérée par ses utilisateurs. Les multiples rencontres ainsi générées par la circulation d’une monnaie locale sont l’occasion de faire émerger des nouveaux besoins partagés par les membres d’un territoire, et sont des facteurs de création d’activités : réparations, services à la personne…

De nouvelles complémentarités entre les entreprises du lieu

‘‘une monnaie locale circule trois fois plus vite que l’euro’’

L’efficacité de la Pive est liée à sa capacité à renforcer le réseau d’échanges entre les entreprises d’un bassin de vie donné. L’investissement de départ consiste à associer un réseau le plus large possible de prestataires, qui facilite à chacun, particulier ou entreprise, l’utilisation de ses Pives. Ce réseau d’échanges est efficace quand il fédère des entreprises régionales de toutes sortes : producteurs alimentaires, artisans, professionnels de santé, commerçants, restaurateurs, hôteliers, avocats, organismes de services, associations, entreprises de transport, collectivités territoriales etc … et quelle que soit leur taille…

Une charte qui crée un état d’esprit

En adhérant à la Pive, les particuliers et entreprises adhèrent à une charte, non contraignante, mais qui demande à chacun de faire évoluer ses pratiques en agissant collectivement en faveur d‘une économie plus respectueuse de l‘humain et de l‘environnement.

Une pratique déjà courante

Les chèques-restaurant sont une forme de monnaie qui permet de régler des repas. Les chèques-vacances sont destinés à des dépenses ciblées. Les grandes surfaces ont développé des cartes de fidélité afin de fidéliser leur clientèle. Par analogie on pourrait dire que « La monnaie locale, c’est la carte de fidélité de l’économie locale ».

En savoir+> https://www.facebook.com/pive.monnaie

https://serre-vivante.pagesperso-orange.fr/docs/43pive.pdf

La Pive 12, rue Jean Petit 25000 Besançon

Tél: 06 52 62 05 21 Mél: pive.monnaie.comtoise@gmail.com

Pascal Blain Par Pascal Blain, président de Serre Vivante
lire la suite

Cliquez sur l’image pour accèder au texte publié dans le bulletin 43 …