Mémoires
Dans le temps ...
Dans le temps |  Archives

logo de la Serre Vivante



LE TEMPS DE LA VIGNE...


carte de Cassini

Cassini, César, François (1714-1784),
entreprit la grande carte de France appelée
"Carte de Cassini à l'échelle 1/86400.
Jacques Dominique (1748-1845),
son fils, termina la carte de France
et prit une part active à la division
du territoire en départements.
A quelle époque la vigne s'est elle installée autour du massif de la Serre ?
Difficile de répondre à cette question. Pline l'ancien, écrivain latin du 1er siècle, écrivait: « il y a des vignes en Séquanie ». Nous savons que la vigne existait dans le Jura depuis les Romains. Est-ce le cas pour la Serre ? Dès le plus reculé du Moyen-Age, en tout cas , régnait la vigne dans notre région. Gollut, professeur de littérature latine à l'université de Dole (1535-1595), parle des vignes de Jouhe, Menotey, du Mont Châtain (Archelange). De cette période, il existe une quantité de documents évoquant les vendanges, les bans, la dîme, les pressoirs banaux ... La carte de Cassini, tracée vers 1760/1770, nous montre l'importance du vignoble à cette époque. En 1860, les villages jurassiens au nord de l'autoroute A36 comptaient 2635 hectares de vignes. Les communes d'Amarge, Gendrey, Gredisans, Montmirey la ville, Pagney, Taxenne, Thervay, cultivaient entre 80 et 100 hectares. Archelange, Chevigny, Montmir ey le Château, Offlange, Rainans, dépassaient les 100 hectares de vignes. Enfin Jouhe, Menotey, et Moissey cultivaient plus de 200 hectares. A la fin du 19ème siècle, comme partout en France, le phylloxéra a fait son apparition. Cet insecte parasite voisin du puceron fut introduit accidentellement en France en 1865 avec des plants américains. Il a été signalé à Jouhe en 1884, à Menotey en 1887. C'est en 1888 que la Société d'Horticulture de Dole devint la Société d'Horti-culture et de Viticulture. Elle organise des conférences, proposa des cours de greffage dans les villages, conseille la reconstitution des cépages atteints far le phylloxéra par des plants étrangers plus résistants à l'insecte. Les vignerons ont dû aussi faire face aux maladies cryptogamiques (le mildiou, l'oïdium, le black-rot). Les sulfatages et les soufrages qu'il a fallu entreprendre ont occasionné un surcroît de dépenses. Cette crise a engendré l’émigration des habitants. Notre vignoble ne s'en relèvera pas et sa diminution se poursuivra tout au long du 20ème siècle.
le phylloxéra
le phylloxéra
Accueil